Qui suis-je?

Stacks Image 811
Derrière la Boîte à Pinceaux se trouve Marcellino Sorgato, plus connu à Nivelles et environs sous “Lino le peintre”.

Depuis combien de temps faites-vous ce métier?


J'ai démarré dans ce secteur d'activité en tant qu'apprenti. Après ma période d'apprentissage, j'ai travaillé dans de très nombreuses entreprises de construction et rénovation où j'ai pu poursuivre mes formations. Toutes ces expériences m'ont valu de me spécialiser dans diverses techniques de travail. Au bout d'une vingtaine d'années, j’ai décidé de m’installer comme indépendant car j’avais une vision précise de ce que je voulais pour mes clients.

Comment expliquer une telle longévité?


La qualité du travail. Comme je le dis souvent, un travail de qualité dépend de 3 choses : la connaissance du métier, le choix des outils et la qualité des matériaux. Ce métier, je le connais. Non seulement je le pratique depuis plusieurs décennies, mais je continue à me former à de nouvelles techniques comme la pose de mortex ou l’aérogommage. Ca ouvre de nouvelles perspectives pour moi, mais aussi pour mes clients. Le choix des outils est important aussi. Un bon outillage permet plus de précision, plus de souplesse, un travail plus propre et parfois même plus écologique. Enfin, travailler avec des matériaux de qualité est absolument nécessaire pour une belle finition et un meilleur entretien. Je teste régulièrement de nouveaux produits, ainsi que de nouvelles techniques. Si ces 3 conditions ne sont pas remplies, le travail ne peut pas être qualitatif.

Vos compétences ont-elles évolué?


Bien entendu. Un peintre, c’est comme du bon vin : il se bonifie avec l’âge. Rien ne vaut l’expérience de plusieurs centaines de chantiers et, comme je le disais juste avant, la formation continue. C’est ainsi que depuis mon atelier, je fabrique des meubles sur mesure. Je me suis outillé et ensuite, j’ai appris à maîtriser les outils et les techniques. Le travail du bois a aujourd’hui peu de secrets pour moi et j’en fais profiter mes clients.

Comment vous faites-vous connaître?


Mise à part une petite présence sur internet pour les moments plus creux, c’est avant tout le bouche à oreille qui travaille pour moi. Un client content est un client qui me recommande et qui revient vers moi pour d’autres chantiers. J’ai rarement le temps de terminer un chantier que d’autres se greffent dans mon agenda. Je dois dire que c’est confortable. De nouveau, faire le choix de la qualité est un choix à long terme. Ce choix, je ne le regrette pas.

Qu’aimez-vous le plus dans votre métier?


Repeindre ses sols et plafonds, recouvrir ses murs, aménager des placards et autres meubles, c’est transformer son habitation. Transformer son habitation, c’est améliorer son cadre vie, son confort, la fierté d’accueillir sa famille et ses amis dans un “chez soi” agréable, qui correspond à son propre style de vie. Faire tout ça et observer cette transformation de près, en être l’acteur, c’est la beauté du métier. Le faire avec coeur, précision, patience et persévérance, c’est encore mieux… ça revient à mettre de la couleur dans la vie de mes clients.

Qu’aimez-vous le moins dans votre métier?


Parfois, des gens cherchent à profiter de votre gentillesse ou de votre sens du travail bien fait. Ils mentent, cherchent à vous escroquer ou manquent d’honnêteté. C’est dommage, mais ça arrive. Heureusement, pas trop souvent…

En dehors de votre métier, qu’aimez-vous faire?


M’occuper de ma famille, profiter de la campagne où j’habite, m’occuper des animaux. J’aime beaucoup les animaux et pas uniquement les chats et chiens.